Sur Facebook

Rechercher sur le site

Au cinema casino

A voir cette semaine
 >  Voir les infos sur le film, et la programmation du mois

L'agenda tretsois

›› Suite de l'agenda tretsois












  • Le Journal tretsois
  • Polémiques


Toutes les petites informations, de la vie du Sport à Trets avec les résultats, les affiches, les évènements, pour être encore plus informé sur ce qu'il se passe à Trets et de manière plus rapide... Si vous avez des infos, des résultats, photos à communiquer, si vous êtes au courant de quelque chose qui se déroule ou va se dérouler à Trets, envoyez dès maintenant un mail ou poster un message sur le forum, l'info sera rapidement mise en ligne ici... Merci à vous ! RSS TRETS AU COEUR DE LA PROVENCE 

Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015 Caroline dans Koh Lanta 18

SPORT RESULTATS Foot Futsall Gym Hand Basket Muaythai Vélo Danse Judo Volley Tennis Badminton SIHVA Club ALPHA




=> Liste de toutes les actualités



C'est un article publié dans le quotidien LA PROVENCE du 22 Novembre 2017 qui scandalise ! En effet un projet de parc éoliens de 22 éoliennes de 125 mètres de haut est en cours dans le paysage magique de Sainte Victoire à l'Est de celui ci pas très loin de Pourrières, du coté d'Artigues, Ollières dans le Var. Un secteur qui a été ravagé cet été par d'immenses incendies et le lieu choisi est donc le lieu où vous voyez toutes ces flammes cet été une nuit....

Et si une commune serait particulièrement impactée visuellement par ces horribles machines extrèmement hautes, c'est bien la notre TRETS qui a un panorama splendide sur toute la vallée et donc sur ce coin ci . On verrait donc de jour ces mats, alors que le paysage a déjà été abimé ces dernières années par un parc photo-voltaique dans le coin, bien visible de Trets, mais aussi de nuit puisque l'on verrait 22 lumières clignotantes en permanence !

Dès la parution de cet article Maryse Joissains présidente du Pays d'Aix a annoncé sa colère et qu'elle ferait voter une motion au conseil du territoire le 29 novembre, mais aussi en conseil municipal d'Aix le 13 décembre.

Voici les paysages vus de Trets et où on retrouverait ces machines ....



DOSSIER DE LA PROVENCE PARU LE 22 NOVEMBRE 2017
Un projet de 22 éoliennes sur les communes d'Artigues et Ollières, dans le Var, ressurgit après dix ans de procédures devant les tribunaux

C'est un projet vieux de dix ans, dont on n'entend guère parler dans les Bouches-du-Rhône. Et pourtant, de l'autre côté de la frontière départementale, à 11 kilomètres à peine du Pic des Mouches, plus haut sommet de la montagne Sainte-Victoire, un parc éolien pourrait voir le jour. Le projet porté par la société Provencialis, filiale d'Éco Delta, prévoit d'implanter 22 éoliennes de 125 mètres de haut, pales comprises, sur les communes d'Artigues (au Colle Pelade) et d'Ollières (sur les crêtes Carraire Est et Carraire Ouest). Dès 2008, un vent de contestation avait poussé des associations à attaquer le permis de construire, jusque devant le Conseil d'État. Mais en 2015, la plus haute juridiction administrative a tranché en déboutant les opposants, considérant notamment que le projet n'avait pas d'impact significatif sur la perception du massif Sainte-Victoire.

Aujourd'hui, deux ans plus tard, la société Provencialis vient de réactiver le dossier en déposant auprès de la préfecture du Var, une demande d'autorisation de défrichement de 25 hectares, la précédente étant depuis devenue caduque. Un coup dur pour les opposants. "Le projet revient comme il est arrivé : en souterrain", déplore Charles Rouy, viticulteur, propriétaire du château d'Ollières et président de l'association de Défense du cadre de vie Sainte-Victoire (Decavi), qui poursuit le combat de son père décédé depuis, épaulé par son épouse Camille. "Ce projet va défigurer un site extraordinaire, un désert au coeur de la Provence, aride, pelé mais magique ! Et tout ça pour de purs intérêts financiers. Il n'y a aucun intérêt écologique, seulement un intérêt économique", affirme Charles Rouy qui insiste : "Il y aura un réel impact paysager et environnemental. C'est un site avec des écosystèmes extraordinaires. Et puis ces éoliennes seront dans le champ visuel de l'abbaye de Saint-Maximin et de la Sainte-Victoire."


Avis réservé de la Dreal
Des arguments que développe également Gilles Cheylan, ex-directeur du Museum d'histoire naturelle d'Aix et aujourd'hui président du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel, qui a adressé à titre personnel un avis au commissaire-enquêteur, avant la fin de l'enquête publique, le 20 octobre. "Bien que les communes d'Artigues et d'Ollières soient situées hors du périmètre du Grand Site Sainte-Victoire, l'impact paysager et écologique sera non négligeable pour le massif", dit-il. Impact visuel "considérable", au regard de la hauteur des éoliennes, impact environnemental "majeur" car le projet, écrit le scientifique, "porte atteinte à un habitat naturel fortement menacé en Provence, qui abrite de nombreuses espèces rares, voire endémiques". Selon Gilles Cheylan, le dossier de la société Provencialis présente plusieurs points faibles : "On est en mesure de se demander si les impacts ont bien été évalués, explique-t-il. Si ces impacts sont faibles, les mesures compensatoires sont alors trop réduites. Enfin, le pétitionnaire doit avoir l'autorisation de détruire des espèces protégées. Ces demandes dérogatoires doivent être introduites auprès du préfet, or cela n'a pas été fait, sauf pour le criquet hérisson."

De son côté, la Dreal, l'Autorité environnementale saisie dans le cadre de la procédure de demande de défrichement, a émis un avis, consultatif, réservé sur l'étude d'impact fournie par la société Provencialis. Elle pointe de nombreuses "imprécisions", "omissions" et "incohérences""Les insuffisances qui subsistent sur certains sujets ne permettent pas de rendre pleinement compte des impacts du projetNous avons pris en compte l'avis de la Dreal, Nous réalisons des études complémentaires que nous remettrons aux services de l'État.

La société Provencialis, filiale d’Eco Delta, entreprise spécialisée dans le développement de projets éoliens, est toujours dans l’attente de l’autorisation de défrichement en vue de la construction de son parc de 22 éoliennes sur Artigues et Ollières. Pour répondre aux remarques de la Dreal, qui a émis un avis réservé, "nous réalisons des études complémentaires que nous allons remettre aux services de l’Etat", affirme Andréa Jouven. "Notre volonté, poursuit la présidente d’Eco Delta, est d’avoir un projet le plus transparent et exemplaire possible." Réfutant agir "en catimini", Andréa Jouven insiste : "Toutes les décisions administratives ont été publiques. Tout a été fait dans les règles de l’art, tout a été publié comme il se doit."
La société met par ailleurs en avant le soutien qu’elle reçoit de plusieurs associations environnementales : CEN Paca, LPO Paca et GCP. Des structures qui devraient intégrer le comité de pilotage que Provencialis a décidé de créer "une fois que nous aurons toutes les autorisations nécessaires", pour assurer le suivi du projet et diriger la mise en œuvre des mesures de traitement et de compensation de l’impact environnemental.

Quant au lieu d’implantation choisi pour le projet, Provencialis vante les atouts du site : une grande étendue, loin des habitations, proche d’une ligne haute tension sous-utilisée à ce jour, proche d’une ligne RTE. "Ce projet de parc éolien est important pour la région, déficitaire en énergie, appuie Andréa Jouven. C’est un projet d’avenir pour les générations futures."

S.Durand LA PROCENCE 22/11/2017








FEVRIER 2019 AU 13h TF1
Un an et demi a passé et le projet scandalise toujours autant, de nombreuses pétitions circulent sur internet tandis qu'un sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13h de TF1 le 08 février 2019 présenté par Jean-Pierre Pernaut.

Un parc éolien va voir le jour près de la montagne Sainte-Victoire. Mais ce projet ne ravit pas forcément les riverains.
Les projets éoliens se multiplient en région, particulièrement dans les zones naturelles. En Provence, un parc de 22 éoliennes est envisagé au pied de la montagne Sainte-Victoire, un site pourtant classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Un chantier dont les riverains et les défenseurs de l'environnement n'en veulent pas. Non seulement de nombreuses espèces protégées vont être détruites mais le décor du site en question le sera également.





VAR MATIN 12 DECEMBRE 2019 : Les travaux ont démarré !

/ 4 Commentaires






Surprise, ce samedi 26 octobre 2019 le quotidien LA PROVENCE consacre une page entière réalisée par pas moins de trois journalistes de la rédaction d'AIX à l'affaire des tags mais aussi sur la situation du personnel. Le maire et un agent sont notamment interrogés.








C'était LA polémique de la rentrée et elle s'amplifiait de jours en jours, tout naturellement car la décision était incompréhensible. La mairie avait en effet décidé en cette rentrée de laisser le complexe sportif de la gardi fermé à la circulation des voitures en permanence, avec le nouveau portail d'accès fermé, ce que le maire avait d'ailleurs régulièrement répété aussi bien en conseil municipal ou discours, à de nombreuses reprises ces derniers mois en présentant les travaux ! La ville l'avait encore confirmé la semaine dernière qu'il resterait fermer dorénavant.

Tout le monde se demandait alors à quoi servaient les deux parkings construits en haut du site soit une bonne centaine de places environ au total, et la colère des parents d'élèves ne cessait du coup d'augmenter ainsi que des associations qui avaient des difficultés pour acheminer librement leur matériel sur les sites sportifs. Une pétition était même envisagée pour faire changer d'avis la municipalité car tous mettaient en évidence le besoin d'accompagner leurs enfants à leurs activités (certaines étant de nuit...) sur chacun des sites; ne voulant pas les laisser seuls la nuit parcourir ce très long chemin de plusieurs centaines de mètres, pour de ci jeunes enfants. Sans compter qu'avec l'hiver qui arrive , avec la pluie et le froid ils seraient arrivés trempés sur les sites ou gelés, mettant aussi en avant une nécessité de sécurité et le fait que le tout nouveau petit parking à l'entrée est très petit et souvent complet.
De plus les personnes à mobilité réduite et les poussettes ne pouvaient plus passer par les portiques. La demande de réouverture du portail était donc unanime !

Une excellente nouvelle est finalement tombée ce mardi 10 septembre 2019, (journée pluvieuse) la Municipalité a changé d'avis et pris une décision pleine de bon sens en revenant sur cette fermeture ! Elle a ainsi écouté les tretsois et explique finalement "qu'elle avait décidé de maintenir le Complexe Sportif de La Gardi fermé à la circulation jusqu’à la fin des travaux d’aménagement qui ont été réalisés cet été. Ceux-ci étant désormais achevés et réceptionnés, l’enceinte du complexe sera à nouveau ouverte à la circulation des véhicules à partir du lundi 16 septembre, par l’accès Est (au niveau du nouveau parking) :
Du lundi au samedi de 8h30 à 22h30 et le dimanche de 8h30 à 18h00.
"


Concernant le portique elle précise qu'il va être remplacé car le prestataire s'était trompé et que le nouveau respectera la règlementation PMR. Le complexe restera aussi accessible aux piétons 7/7j et 24/24h par les portiques.

Une très bonne nouvelle donc qui fera plaisir aux parents…
Photos DR






Les déboires décidement s'enchainent sur le complexe de la Gardi au grand dam de la municipalité et ses élus depuis le début de sa rénovation en 2014....

Ces derniers avaient commencé on s'en souvient avec la construction du nouveau gymnase, lorsqu'un peu plus de six mois après sa mise en service la mairie se voyait dans l'obligation de fermer le mur d'escalade et l'interdire au printemps 2015. Elle avait en effet constaté qu'il était rempli de grosses malfaçons victime de grosses infiltrations d'eau, gymnase qui a aussi connu des problèmes électriques, et vu depuis l'apparition de fissures sur les murs porteurs, fissures dans les tribunes, les vestiaires, et un sol mal posé. Depuis les expertises judiciaires s'enchainent et ce sera à la justice de trancher dans cette affaire a fait savoir le maire à l'automne 2017.

2ans plus tard, la municipalité lançait la construction d'une nouvelle grande salle d'activité sportive au printemps 2016, pour un cout d'environ 1 500 000 €, afin de donner de meilleures conditions d'entrainement aux sportifs tretsois dans d'avantage d'espaces. Une belle enceinte composée de trois salles, achevée à l'automne 2016. Mais là encore patatra, la mairie a alors découvert là aussi de nombreuses petites malfaçons, "des détails" (portes, outils de secours, sol)" relatait le premier magistrat qui refusera de réceptionner les travaux . Il faudra attendre 10 mois pour que le batiment soit enfin ouvert aux sportifs le Lundi 4 septembre 2017, après la correction de ses nombreux défauts et l'inauguration aura lieu en décembre 2017, mais sans la présence des responsables des travaux. Le maire dans son discours fera alors part de sa colère vis à vis de l'architecte "qui a mal fait son travail ainsi que le bureau d'étude" dira t'il ce jour là... Un an et demi ont passé et tout se passait plutot bien, les sportifs tretsois profitant un maximum de ces trois nouvelles salles, même si un gros soucis d'aération et manque de fenêtres s'ouvrant sur l'extérieur, rend parfois l'air suffoquant à l'intérieur avec la chaleur.

Mais en ce mois de janvier, catastrophe les soucis ont repris ! Ils concernent cette fois les faux plafonds des vestiaires et sanitaires dont un bout s'est effondré, plus précisément un puits de lumière qui s'est décroché dans un des wc. La mairie a alors dans l'urgence condamné depuis dix jours, tous les vestiaires, douches, sanitaires mais aussi les trois quarts des couloirs du batiment, bref de partout où il y avait un faux plafond, pour raisons de sécurité évidentes, en attendant que les réparations soient faites. Du coup tous les sportifs doivent traverser le chemin dans le froid et se rendre dans le gymnase pour profiter des vestiaires et wc.

Mais les soucis ne s'arrêtent pas là et concernent également, la troisième nouvelle installation du site : les cours de tennis ! La construction de la salle terminés, la ville lançait à la mi octobre 2016, la construction de nouveaux courts de tennis pour un cout de 1 380 873 € : 2 juste à coté de la salle et 4 sur le terrain stabilisé plus bas, plus la construction d'un petit batiment club house. Des travaux interminables, qui ne seront achevés que deux ans plus tard et mis à la disposition des joueurs qu'en septembre 2018... Là aussi marqués par de nombreuses malfaçons sur l'éclairage, le batiment etc.... Sans oublier une tempête de vent historique le 28 février 2018 qui avait détruit en grande partie le terrain de padel, puis des actes de vandalisme sur le local en mai 2018. Un équipement jamais inauguré depuis, alors qu'elle aurait du avoir lieu à l'automne....

Ravis de bénéficier de ces équipements nouveaux, le Trets Tennis Club doté désormais de deux beaux terrains de padel a ainsi monté deux équipes dans cette discipline et les a inscrit en championnats régionaux qui ont débuté le 25 novembre dernier. Mais l'aventure fut de courte durée, puisque le 13 décembre 2018 la ville a pris un arrêté interdisant l'accès aux terrains de padel par mesure de sécurité "considérant que l'ancrage des parois des terrains des terrains de padel n'est pas conforme à la réglementation ; à compter de ce jour et pour une durée indéterminée l'accès aux terrains est interdit au public", est il ainsi écrit sur l'arrêté fixé sur les grillages qui barrent désormais l'entrée à ces derniers. On se rappelle que le dernier jour de février lorsque la tempête avait soufflé à 142km/h sur le site, une grande partie des parois s'étaient alors descellées du sol, les vitres avaient elles éclatées, les grillages arrachés par le vent. Une expertise avait alors été faites et les installations réparées. Le club a lui du arrêter la compétition.

Si la mairie ne s'est pas encore exprimée sur ces nouveaux soucis on imagine que la situation d'interdiction risque de durer longtemps et que l'affaire soit là encore désormais mise dans les mains des experts et justice. On comprend mieux pourquoi dans ses récents discours le maire parlait d'inauguration du nouveau parking et du parcours santé, à venir mais occultait à chaque fois celle du tennis.... Espérons que tous ces soucis soient vite réparés et que d'autres ne surviennent pas à l'avenir....


2 Photos ci dessus du 1er mars 2018
/ 1 Commentaires






Depuis quinze jours la France vit au rythme des Gilets jaunes et ce samedi 1er décembre 2018 une 3e journée de mobilisation aura lieu, même si celle ci est continue depuis le début notamment aux alentours de Trets.
Sur notre commune, aucune opération n'a eu lieu, mais les conséquences du mouvement sont un peu visibles, non pas dans les supermarchés où l'approvisionnement est constant, contrairement à ceux des environs comme Aubagne où certains rayons de nourritures sont totalement vides, mais au niveau de l'essence. Depuis de nombreux jours les deux stations service de la commune sont régulièrement à sec, encore ce vendredi, même si les ravitaillements se poursuivent peu à peu, les automobilistes se ruent dessus chaque jour dès qu'il y en a créant alors la pénurie.

Coté opération des Gilets jaunes, le plus gros reste toujours à Fuveau, sur le péage de la Barque, devenu depuis deux semaines l'un des principaux pôles de mobilisation de la région. Dans une action pacifiste celui ci est occupé quasiment en permanence jour et nuit, laissant passer gratuitement voitures et camions, même s'ils ont été délogés par les forces de l'ordre de nombreuses fois, revenant alors quelques heures plus tard. Il devrait l'être de nouveau ce samedi dès le début de matinée. Le Week end dernier un peu plus d'un millier de personnes étaient présentes, dont de nombreux tretsois.
A Pourrières la sortie 33 de Trets est aussi occupée constamment, idem à St Maximin où non stop des gilets jaunes sont présents au péage pour le laisser gratuit depuis quinze jours, ou encore à la Destrousse au péage de Pas de Trets lui aussi régulièrement occupé.
Mais les actions des gilets jaunes ont aussi touché Rousset avec le blocage dans la nuit de mercredi 27 à jeudi 28 de l'entrepot de LIDL, celui ci a été levé en début de matinée.
Photo Facebook Tu es d'Aix en Pvce si

Le quotidien LA PROVENCE a consacré un article immersion mercredi 27 sur cette mobilisation à la Barque , a aussi interrogé notre députée AL PETEL , qui est du parti du gouvernement, et a aussi évoqué ce vendredi 30 l'action à ROUSSET. Petite revue de presse ci dessous...

Mercredi 28 novembre


Vendredi 30 novembre




ITW LA PROVENCE 28/11/2018 de la députée EN MARCHE Anne-Laurence Petel, de notre circonscription
Quel regard portez-vous sur le mouvement des gilets jaunes ?
Anne-Laurence Petel : "Il y a eu deux moments : le premier, libre, spontané, qui répond à une colère, voire à une sédimentation de colères dont certaines durent depuis des années, plusieurs mandats. Et qui explose aujourd'hui. L'augmentation du carburant est plus un symbole que la véritable cause. Ces colères, il faut les écouter. Le second temps, c'est la récupération, et c'est dommage pour les manifestants sincères, par les deux partis extrêmes. Qui, on le voit bien dans l'hémicycle, ne sont pas concurrents mais partenaires .

Le pouvoir a-t-il été trop long à réagir ?
Anne-Laurence Petel : La grande difficulté, c'est que nous ne sommes pas face à une revendication unique. Répondre à qui ? Comment ? Si ces manifestants veulent être écoutés, il faut qu'ils se structurent. Or ils sont dans la défiance par rapport aux intermédiaires, aux corps constitués... aux médias. Cette défiance, cette instrumentalisation ne sert pas la démocratie. Ce qui est sûr c'est qu'à travers cette colère nous percevons ce que nous avions détecté avant la campagne présidentielle : ce sentiment de déclassement, d'empêchement ressenti par beaucoup de Français. Le programme, on l'a conçu pour lutter contre ce sentiment : les classes dédoublées, le plan de formation, l'apprentissage... Ce n'est pas en un an et demi qu'on en ressent les effets. Le pouvoir d'achat ? En pariant sur le travail, en enlevant les cotisations chômage et maladie, il y a un gain, environ 240 euros par an pour un Smic. Pareil pour la taxe d'habitation. Mais le problème, ce qu'on gagne, on le voit beaucoup moins que ce qu'on perd."
LA PROVENCE 27/11/2018 J. D.








Les médias et réseaux sociaux en parlent depuis plus de trois semaines, ce samedi 17 novembre 2018 c'était donc le jour J des GILETS JAUNES.

Un grand mouvement national des citoyens, créé sur le net par des français, un mouvement non politique, non syndical de français pour protester contre la hausse continue des taxes sur le prix des carburants et des taxes en général toujours plus nombreuses par le gouvernement d'Emmanuel Macron. Un mouvement plus ou moins bien organisé, voir souvent très désorganisé. Plus de 2000 opérations ont été recensées en France ce samedi, mais si Trets devait être de la partie au départ (blocage des supermarchés, station service, rond point avaient été envisagés) il n'y a rien eu au final, notre commune a été totalement épargnée des barrages, blocages etc, les supermarchés qui devaient être bloqués ont eu une forte affluence, de même que les stations services de la ville. Idem à Rousset et sa zone.
Mais de nombreuses opérations ont eu lieu à proximité. Dans le petit village de Rians à quelques kilomètres de chez nous 200 habitants ont ainsi par exemple organisé une opération barrage filtrant. Plan de campagne a aussi été fortement impactée par des barrages, rendant la fréquentation très faible selon le 20h de TF1 et entrainant une grosse perte de chiffre d'affaire aux commerçants mécontents.

Les deux plus grosses opérations ont eu lieu sur l'autoroute A8, la première à St Maximin, où la ville a subit de nombreuses opérations barrages filtrants à chaque entrée provoquant des embouteillages, dont une grosse à l'entrée de péage de l'A8 réunissant plus de 400 personnes selon un manifestant.

Mais la plus importante a eu lieu dès 7h du matin au péage de la Barque où des centaines de personnes, 450 en matinée, puis jusqu'à plus de 850 au fil de la journée ont organisé un barrage filtrant géant sur une ou deux voies, avec péage GRATUIT, où les manifestants étaient répartis de chaque côté de la voie de circulation des usagers, le tout dans une bonne ambiance. (Vidéo ci dessus, envoyée par un lecteur)

Ces deux opérations étaient organisées depuis des semaines et le mouvement a été prévu sur la durée puisque de nombreux manifestants ont passé la nuit sur place dans le froid et ont prévu de durcir le mouvement ce dimanche, voir les jours suivants, comme expliqué en direct dans le 19/20 de FRANCE3 ce samedi soir (vidéo ci contre). De nombreux tretsois ont participé à ces deux grosses opérations. Plusieurs automobilistes de Trets avaient aussi leur gilet jaune sur le pare-brise.

ST MAXIMIN

Photos : F. LUCAS

LA BARQUE

Photo fb : Ben Boubou‎










L'affaire des enfants privés du repas à la cantine le jour de rentrée est devenue un sujet désormais national puisque les médias nationaux ont débarqué à Trets ce mercredi 12 septembre 2018 pour couvrir la manifestation organisée place de la mairie en matinée. Rarement la ville n'avait vu autant de journalistes d'un seul coup avec 2 journaux de presse écrite : LA PROVENCE et La Marseillaise, mais aussi la télé avec FRANCE 3 et enfin 3 radios : France Bleu Provence, et les nationales RTL et EUROPE1. Par ailleurs plusieurs sites ou blogs ont également commencé à reprendre l'info et fut évoquée dans la matinale de FUN RADIO.

Le site continue sa grande revue de presse sur le sujet comme à chaque fois que notre commune fait l'actu….

Ce mercredi matin 12 septembre, FRANCE BLEU a même fait de la polémique le sujet principal de sa matinale pendant 3h de 6h à 9h avec dans ses journaux les interviews de la présidente des parents d'élèves, du maire et de parents d'élèves, enregistrés vendredi, tandis que des dizaines d'auditeurs de toute la région ont donné leur avis sur le sujet durant toute l'émission avec des avis très divisés. Le reportage de leur journaliste sur la manifestation n'a pas encore été diffusé.
Voici le journal de 7h avec toutes ces interviews



FRANCE3 elle est venue couvrir la manifestation du matin et a réussi à diffuser un sujet d'une minute dès son journal de midi 12/13 (malgré la route entre Trets et Marseille) , puis le soir en a fait un nouveau bien plus long et complet dans le 19/20, que voici :



EUROPE 1 ET RTL n'ont encore diffusé aucun sujet ce mercredi dans leurs différentes éditions d'infos. A suivre donc…

=> Relire l'article de mardi 4 : Plusieurs enfants privés de cantine le jour de la rentrée
=> Relire l'article de ce vendredi 7 Septembre : Un silence qui ne passe pas pour les parents, 1ère explication de la mairie
=> Vendredi 7 : Le maire réagit dans un tract
=> Mardi 11 : La polémique sur les enfants privés de cantine fait l'ouverture du JT de France Bleu avec une 1ère itw : AUDIO
=> Mercredi 12 : Reportage sur la manifestation
=> Jeudi 13 : VU PAR LA PRESSE : Trets, Cantine, l'affaire qui ne passe pas !






Suite de la grande revue de presse. Au lendemain de la manifestation de parents d'élèves suite à ce qu'il s'est passé à la cantine scolaire la semaine dernière, notre commune fait la une principale du quotidien LA PROVENCE ce jeudi 12 septembre 2018, une première pour notre commune depuis de très longues années, mais est aussi en Une de nombreuses autres éditions régionales du journal. A l'intérieur le journal y consacre une page entière.





=> Relire l'article de mardi 4 : Plusieurs enfants privés de cantine le jour de la rentrée
=> Relire l'article de ce vendredi 7 Septembre : Un silence qui ne passe pas pour les parents, 1ère explication de la mairie
=> Vendredi 7 : Le maire réagit dans un tract
=> Mardi 11 : La polémique sur les enfants privés de cantine fait l'ouverture du JT de France Bleu avec une 1ère itw : AUDIO
=> Mercredi 12 : Reportage sur la manifestation
=> Mercredi 12 : FranceBleu en matinale spéciale sur l'affaire de la cantine & Long reportage au 19/20 de France3






Voilà une semaine que la polémique sur les enfants privés de repas à la cantine scolaire les deux premiers jours de rentrée scolaire (où les enfants qui ne figuraient pas sur les listes ont reçu deux tartines, un fromage à tartiner et une pomme) a éclaté.

Ce mardi 11 Septembre 2018, la médiatisation de l'affaire s'est amplifiée avec un article sur France infos et RFM (qui reprenaient les articles déjà existants) mais surtout l'ouverture du JT de 18h de FRANCE BLEU PROVENCE avec l'interview de la présidente de l'association de parents d'élèves. "Les dames de service étaient au bord des larmes, raconte Lisa Le Pann-Gouriten. Elles ont obéit aux ordres et elles n'avaient pas le choix. Je ne veux pas savoir si la mairie a tort ou a raison. Ces enfants se sont retrouvés au milieu de leurs petits camarades avec une assiette différente parce qu'ils n'étaient pas à jour. Il faut réagir, on ne peut faire ça à des enfants".

A l'école Victor Hugo, le directeur refuse de commenter cette affaire. Le personnel de la cantine garde également le silence précise la radio sur son site internet.
Un journaliste de la radio était en effet venu à Trets vendredi 7 devant les écoles pour interroger les parents et le maire. Ces interviews ne devraient donc pas tarder à être diffusées à l'antenne.

La municipalité explique que les parents devaient confirmer les inscriptions de leurs enfants à la cantine avant le 31 mai 2018. Les retardataires auraient été contactés par téléphone. "Il faut bien un jour essayer de régulariser les choses, affirme le maire LR Jean-Claude Féraud. Ces enfants étaient là, on les a nourris. Mais la première chose quand on fait des enfants, c'est de s'en occuper", puis fait son méa-culpa (ce que les parents demandaient d'après les commentaires sur les réseaux sociaux) "Il est hors de question que ça se reproduise, promet-t-il. C'est une mesure discriminatoire que je regrette" explique t'il à France Bleu.

Un dossier qui pourrait se terminer ce mercredi 12 septembre puisque l'association de parents d'élèves ATPE organise un rassemblement devant la Mairie de 10h à midi "À vos banderoles, slogans, tee-shirt customisés ! Parlez-en autour de vous" précise t'elle sur facebook. Lors de ce rassemblement, le maire aurait déjà prévu de rencontrer les parents et les agents de la cantine.

A suivre donc, avec les autres itws si elles sont diffusées….


=> Relire l'article de mardi 4 : Plusieurs enfants privés de cantine le jour de la rentrée
=> Relire l'article de ce vendredi 7 Septembre : Un silence qui ne passe pas pour les parents, 1ère explication de la mairie
=> Vendredi 7 : Le maire réagit dans un tract




LA PROVENCE DE CE MERCREDI 12 SEPTEMBRE








Depuis une semaine l'actualité tretsoise est très agitée par la polémique sur la cantine scolaire où les deux premiers jours de la rentrée 25 enfants sur les 900 scolarisés dans la commune ont eu droit à une pomme, un morceau de fromage et deux tartines de pain comme repas (car non inscrits sur les listes : en raison de default de paiement, de soucis informatiques, d'inscriptions incomplètes, de non inscriptions à la cantine etc d'après les explications des parents d'élèves et de la mairie), les autres ont eu des pâtes à la bolognaise.

Ce mercredi 12 septembre 2018 l'association de parents d'élèves ATPE organisait un rassemblement place de la mairie de 10h à midi, en plein marché qui fut suivi par environ 70 personnes dont des parents d'élèves, enfants... venus avec pancartes et teeshirts, personnels de la cantine, membres de la CGT venus les soutenir (car selon l'atpe certaines auraient été menacées de sanction), la majorité des élus de l'opposition tous partis confondus, encadrés par la police municipale et gendarmerie. Des employés de mairie tenaient eux des pancartes où il était écrit "Non aux informations mensongères, oui à la vérité, stop aux accusations du personnel qui a fait son travail consciencieusement et dans le respect des familles"

Quelques élus de la majorité et le maire sont venus à leur rencontre. Une manifestation très couverte par les médias puisqu'étaient présents : LA PROVENCE, FRANCE 3 (dont voici le reportage ci contre, qui a fait l'ouverture du 12/13), FRANCE BLEU , LA MARSEILLAISE, et apparemment RTL et EUROPE1.


Un rassemblement organisé pour demander à la ville "de prendre les mesures nécessaires afin que les différents manquements constatés les lundi 3 et mardi 4 septembre 2018 dans les écoles maternelles et primaires de votre commune, et qui ont conduit à stigmatiser certains enfants en les privant du même repas que leur camarade, à menacer le personnel de cantine de sanction si ils refusaient d’appliquer cette nouvelle réglementation inhumaine, ne se reproduisent plus." et de demander des excuses.

Si on s'attendait à ce que ce dossier se referme ce mercredi, après des propos d'apaisement et regrets exprimés auprès de FRANCEBLEU ce mardi soir par le maire, son discours prononcé ce matin (dans un climat glacial sous les cris) fut plus virulent, comme le relate le site de la ville :
"Le maire a remercié l’ensemble du personnel municipal présent, en particulier le service scolaire, qui a parfaitement géré la rentrée et qui ne mérite que des éloges pour le travail réalisé et d'affirmer aussi n’avoir jamais menacé, ni convoqué aucun agent communal des écoles lors de ces incidents."

Jean-Claude FERAUD a rejetté en partie la faute de ce rassemblement sur la CGT et l'opposition en vue des élections de 2020 parlant de " manipulation politicienne " et expliqué "qu'il était du devoir des parents de s’occuper de l’éducation de leurs enfants et en particulier de leur inscription à la cantine scolaire" relate le site de la mairie. "Ce n’est pas aux enfants de faire les frais de l’irresponsabilité de certains parents, heureusement très minoritaires.

Le Maire a aussi rappelé que les services sociaux et le CCAS restent à la disposition de tous ceux qui, malheureusement, auraient des difficultés financières. Il a précisé qu’à ce jour tous les parents des enfants non-inscrits à la restauration scolaire ont régularisé leur situation. La totalité des enfants, inscrits ou non à la cantine, ont reçu le même menu depuis jeudi. et d'expliquer que cette polémique lui paraît totalement disproportionnée au regard des faits, car son souci principal est de protéger les enfants, de les garder en sécurité à l’intérieur de l’école, alors que la réglementation impose que l’enfant non-inscrit soit reconduit à l’extérieur de l’enceinte scolaire."
mais n'a pas exprimé les regrets formulés la veille à FRANCEBLEU quand il disait : "Il est hors de question que ça se reproduise, C'est une mesure discriminatoire que je regrette" , excuses que demandaient ce mercredi les parents qui n'ont apparemment pas très bien pris son discours lors du rassemblement, d'après les différents retours, rassemblement qui était bien tendu précise FRANCE3 dans son reportage. La chaine a en effet été très rapide puisque dès midi elle le diffusait. "Il n'a pas remis en question sa décision devant les parents. Aucune revendication n'a été écoutée." regrette la présidente de l'atpe Lisa Le Pann-Gouriten.

Prochain tour au conseil municipal probablement qui s'annonce tendu.

A VENIR : Les autres reportages des médias

=> Relire l'article de mardi 4 : Plusieurs enfants privés de cantine le jour de la rentrée
=> Relire l'article de ce vendredi 7 Septembre : Un silence qui ne passe pas pour les parents, 1ère explication de la mairie
=> Vendredi 7 : Le maire réagit dans un tract
=> Mardi 11 : La polémique sur les enfants privés de cantine fait l'ouverture du JT de France Bleu avec une 1ère itw : AUDIO


DIAPORAMA PHOTOS de la manifestation, prises par les parents
Manifestation des parents d'élèves sur la cantine :  12septembre 2018







Ce vendredi 7 septembre 2018, 3 jours après le début de la polémique sur la cantine, la mairie a enfin communiqué auprès des habitants dans un tract qui a été distribué le soir même devant les écoles par des élus. Le maire est aussi allé à la rencontre de parents devant l'école Edmond Brun à 16h30. Le voici :

=> Relire l'article de mardi 4 : Plusieurs enfants privés de cantine le jour de la rentrée
=> Relire l'article de ce vendredi 7 Septembre : Un silence qui ne passe pas pour les parents, 1ère explication de la mairie







Suite du dossier sur la polémique dans les cantines des écoles de Trets qui a eu lieu lundi 3 septembre jour de rentrée, avec un nouvel article ce VENDREDI 7 SEPTEMBRE 2018 dans LA PROVENCE avec la première réaction de la mairie.
=> Relire l'article de mardi 4 : Plusieurs enfants privés de cantine le jour de la rentrée










=> Liste de toutes les actualités
Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015 Caroline dans Koh Lanta 18

SPORT RESULTATS Foot Futsall Gym Hand Basket Muaythai Vélo Danse Judo Volley Tennis Badminton SIHVA Club ALPHA




SOMMAIRE

L'agenda de la commune Toutes les autres brèves à lire...